Le danger du mensonge et l’obligation d’être juste...

Publié par Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti le 21 août 2019. Publié dans Divers sujets & réfutations

Le danger du mensonge et l’obligation d’être juste

Écrit par : Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti


Télécharger le Pdf


" خطورة الكذب ووجوب القسط "

أبــو حمــاد سـلـيـمان دامِـيُـوس الـهـايِـتــي


الحمد لله رب العالمين، والصلاة والسلام على أشرف الأنبياء والمرسلين، نبينا محمد، وعلى آله وصحبه أجمعين، أما بعد:

Nous sommes dans une période de Fitnah et il est important pour chaque musulman durant ces périodes difficiles de faire preuve de Taqwa. Le musulman sur la voie des Salafs doit préserver sa langue et sa plume de tout mensonge durant ce temps de tribulations et de désordre, encore plus qu’en temps normal. Nous devons être justes et véridiques envers nos opposants autant qu’avec nos amis et alliés. Voilà les valeurs qui font partie des valeurs les plus importantes dans le comportement du musulman. Il existe à ce sujet de nombreux versets et d’innombrables Hadiths pour nous rappeler la gravité du mensonge, de la calomnie et l’obligation d’être justes et véridiques. Allah dit :

(يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُونُواْ قَوَّامِينَ لِلّهِ شُهَدَاء بِالْقِسْطِ وَلاَ يَجْرِمَنَّكُمْ شَنَآنُ قَوْمٍ عَلَى أَلاَّ تَعْدِلُواْ اعْدِلُواْ هُوَ أَقْرَبُ لِلتَّقْوَى وَاتَّقُواْ اللّهَ إِنَّ اللّهَ خَبِيرٌ بِمَا تَعْمَلُونَ)

(Ô vous qui avez cru! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins en toute justice. Et que la haine d’un peuple ne vous incite pas à être injustes. Soyez justes : cela est plus proche de la piété. Et préservez-vous d’Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.) Al-Maa-idah : 8.

يقول الشيخ عبدالرحمن السعدي: {يَأَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ} بما أُمِرُوا بالإيمان به، قوموا بلازم إيمانكم، بأن تكونوا {قَوَّامِينَ لِلَّهِ شُهَدَاءَ بِالْقِسْطِ} بأن تنشط للقيام بالقسط حركاتكم الظاهرة والباطنة.وأن يكون ذلك القيام لله وحده، لا لغرض من الأغراض الدنيوية، وأن تكونوا قاصدين للقسط، الذي هو العدل، لا الإفراط ولا التفريط، في أقوالكم ولا أفعالكم، وقوموا بذلك على القريب والبعيد، والصديق والعدو.{وَلَا يَجْرِمَنَّكُمْ} أي: لا يحملنكم بغض {قَوْمٍ عَلَى أَلَّا تَعْدِلُوا} كما يفعله من لا عدل عنده ولا قسط، بل كما تشهدون لوليكم، فاشهدوا عليه، وكما تشهدون على عدوكم فاشهدوا له، ولو كان كافرا أو مبتدعا، فإنه يجب العدل فيه، وقبول ما يأتي به من الحق، لأنه حق لا لأنه قاله، ولا يرد الحق لأجل قوله، فإن هذا ظلم للحق. {اعْدِلُوا هُوَ أَقْرَبُ لِلتَّقْوَى} أي: كلما حرصتم على العدل واجتهدتم في العمل به، كان ذلك أقرب لتقوى قلوبكم، فإن تم العدل كملت التقوى. {إِنَّ اللَّهَ خَبِيرٌ بِمَا تَعْمَلُونَ} فمجازيكم بأعمالكم، خيرها وشرها، صغيرها وكبيرها، جزاء عاجلا، وآجلا.

Le Sheikh ‘Abdur-Rahman As-Sa’di dit dans son Tafsir de ce verset : (Ô vous qui avez cru!) en ce qu’ils ont été ordonnés de croire, agissez selon les implications de votre foi, en étant (stricts (dans vos devoirs) envers Allah et des témoins en toute justice.) en vous activant pour établir la justice dans vos mouvements apparents et intérieurs. Il faut que l’établissement de cette justice soit uniquement pour Allah et non pour un intérêt parmi les intérêts de la Dounya. Vous devez avoir pour objectif la justice, sans aller vers l’exagération ni le laxisme, ni dans vos paroles, ni dans vos actions. Établissez la justice avec les proches et les gens éloignés (et que ne vous incite pas) c’est-à-dire : que la haine (d’un peuple) ne vous mène pas (à être injuste), comme le font ceux qui n’ont aucune justice. De la même manière que vous témoignez en faveur de votre allié, témoignez contre lui. Et comme vous témoignez contre votre ennemi, témoignez pour lui, même s’il s’agit d’un Kafir ou d’un Moubtadi’, il est obligatoire d’être juste envers lui et d’accepter ce qu’il amène de vérité, parce que c’est la vérité et non parce qu’il l’a dit. Et on ne rejette pas la vérité pour celui qui la dit, car cela serait une injustice envers la vérité. (Soyez juste : cela est plus proche de la piété) c’est-à-dire : plus vous êtes désireux d’être juste, et plus vous faites d’effort pour agir selon la justice, cela sera plus prêt de la piété de vos cœurs. Car plus la justice est accomplie, plus la piété est parfaite. (Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.) et il vous rétribuera, dans cette vie d’ici-bas comme dans l’au-delà, selon vos œuvres, bonnes et mauvaises, petites ou grandes.) Allah dit :

(وَالَّذِينَ يُؤْذُونَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ بِغَيْرِ مَا اكْتَسَبُوا فَقَدِ احْتَمَلُوا بُهْتَاناً وَإِثْماً مُّبِيناً)

(Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité, se chargent d'une calomnie et d'un péché évident.) Al-Ahzaab : 58.

يقول الشيخ عبد الرحمن السعدي: {وَالَّذِينَ يُؤْذُونَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ بِغَيْرِ مَا اكْتَسَبُوا} أي: بغير جناية منهم موجبة للأذى {فَقَدِ احْتَمَلُوا} على ظهورهم {بُهْتَانًا} حيث آذوهم بغير سبب {وَإِثْمًا مُبِينًا} حيث تعدوا عليهم، وانتهكوا حرمة أمر اللّه باحترامها. ولهذا كان سب آحاد المؤمنين، موجبًا للتعزير، بحسب حالته وعلو مرتبته، فتعزير من سب الصحابة أبلغ، وتعزير من سب العلماء، وأهل الدين، أعظم من غيرهم.

Le Sheikh ‘Abdur-Rahman As-Sa’di dit dans son Tafsir de ce verset : (Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu'ils l'aient mérité) c’est-à-dire : sans qu’ils aient commis de crime obligeant une offense, (se chargent) sur leur dos (d'une calomnie) puisqu’ils leur ont causé offense sans raison, (et d'un péché évident) puisqu’ils ont transgressé contre eux et ont porté atteinte à quelque chose de sacré qu’Allah a ordonné de respecter. C’est pourquoi l’insulte d’un seul d’entre les croyants exige une punition, selon son état et la hauteur de son degré. C’est pourquoi la punition de celui qui insulte les Sahabahs est plus sévère. La punition de celui qui insulte les ‘Oulamas et les hommes de religion est plus grande que pour d’autres personnes.)

Sheikh Al-Fawzan dit à propos de ce verset : (Ils ne font pas du tort à la personne qu’ils ont calomnié, ils ne font du tort qu’à eux-mêmes. Le mal revient donc sur eux.) Sharh Al-Kabaa-ir, p. 406. Allah dit :

(وَمَن يَكْسِبْ خَطِيئَةً أَوْ إِثْماً ثُمَّ يَرْمِ بِهِ بَرِيئاً فَقَدِ احْتَمَلَ بُهْتَاناً وَإِثْماً مُّبِينا)

(Et quiconque acquiert une faute ou un péché puis en accuse un innocent, se rend coupable alors d'une injustice et d'un péché manifeste.) An-Nissa : 112.

يقول الشيخ عبد الرحمن السعدي: {وَمَنْ يَكْسِبْ خَطِيئَةً} أي: ذنبا كبيرا {أَوْ إِثْمًا} ما دون ذلك. {ثُمَّ يَرْمِ بِهِ} أي يتهم بذنبه {بَرِيئًا} من ذلك الذنب، وإن كان مذنبا. {فَقَدِ احْتَمَلَ بُهْتَانًا وَإِثْمًا مُبِينًا} أي: فقد حمل فوق ظهره بهتا للبريء وإثمًا ظاهرًا بينًا، وهذا يدل على أن ذلك من كبائر الذنوب وموبقاتها، فإنه قد جمع عدة مفاسد: كسب الخطيئة والإثم، ثم رَمْي مَن لم يفعلها بفعلها، ثم الكذب الشنيع بتبرئة نفسه واتهام البريء، ثم ما يترتب على ذلك من العقوبة الدنيوية، تندفع عمن وجبت عليه، وتقام على من لا يستحقها. ثم ما يترتب على ذلك أيضا من كلام الناس في البريء إلى غير ذلك من المفاسد التي نسأل الله العافية منها ومن كل شر.

Le Sheikh ‘Abdur-Rahman As-Sa’di dit dans son Tafsir de ce verset : (Et quiconque acquiert une faute) C’est-à-dire : un grand péché (ou un péché) moindre, (puis en accuse) C’est-à-dire : qu’il accuse quelqu’un d’autre (un innocent) de son péché, même si c’est un pécheur (se rend alors coupable d'une injustice et d'un péché manifeste) c’est-à-dire : il portera certes sur son dos une calomnie envers un innocent et un péché clair et apparent. Ceci prouve qu’il s’agit d’un des péchés capitaux qui mène à la perdition. Car ce péché réunit plusieurs méfaits; l’acquisition de la faute et du péché, l’accusation de celui qui n’a rien fait d’avoir commis le péché et le mensonge ignoble qu’implique le fait de s’innocenter soi-même et d’accuser l’innocent. Puis ce qui découle de cela comme punition dans ce bas monde et dont est épargné celui qui la mérité, alors qui ne la mérite pas l’a subi. Puis ce qui découle également de cela dans les paroles que les gens vont raconter au sujet de l’innocent. Ainsi que bien d’autres méfaits dont nous demandons à Allah de nous épargner, ainsi que de tout mal.)

Certes il n’y a pas de doute que les mises en garde et les réfutations établies sur les preuves, la justice et la vérité, qui enragent au plus haut point les gens de Bid’ah et les ignorants, font partie de la méthodologie des Salafs, que nul ne rejette en bloc à part un égaré ou un ignorant. Car ce sont des moyens par lesquels la vérité est clarifiée et le faux est détruit, ce qui réjouit le cœur de ceux qui ont goûté à la douceur de la foi. Cependant, si la mise en garde est faite sans science, ni justice, ou qu’elle est établie sur le mensonge, alors elle ne peut qu’être une source de honte et de gêne pour son auteur et elle finit par se retourner contre celui-ci.

Le Sheikh Salih Al-Fawzan dit : (Si seulement certains frères aujourd’hui parmi les étudiants de science prenaient garde aux mauvaises suspicions envers les musulmans et de porter atteinte à l’honneur des ‘Oulamas et des étudiants de science. Tu vois beaucoup d’entre eux qui les accusent et les décrivent par des caractéristiques de Hizbiyyah ou de Madh-habiyyah, sans vérification. Et même s’il s’avérait qu’untel avait des erreurs ou des remarques, le remède de cela est de donner le bon conseil, demander des explications et des clarifications. Cependant, se baser sur les paroles et les suspicions, cela fait partie de ce contre quoi Allah a averti et cela créé des ruptures et des discordes entre les frères. C’est une chose dont le danger est grand.) Sharh Al-Kabaa-ir, p. 344.

Le messager d’Allah a dit :

قَالَ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ: «وَمَنْ قَالَ فِي مُؤْمِنٍ مَا لَيْسَ فِيهِ أَسْكَنَهُ اللَّهُ رَدْغَةَ الْخَبَالِ حَتَّى يَخْرُجَ مِمَّا قَالَ»

« Celui qui accuse un croyant d’une chose dont il est innocent, Allah le fera demeurer dans « Radghat Al-Khabaal » jusqu’à ce qu’il sorte de ce qu’il a dit. » Abou Daoud et Ahmad, voir Silsilat al-ahaadith as-sahihah (438).

Radghat Al-Khabaal est un des plus mauvais lieux en Enfer et un Hadith rapporté par Mouslim (2002) mentionne qu’il s’agit du pus et des sécrétions des habitants de l’Enfer. Hélas, certains ne craignent pas Allah et se permettent d’agir envers des savants de la Sounnah, ainsi que des prêcheurs parmi les étudiants de science, d’une manière qui est interdite même lorsqu’il s’agit d’un Moubtadi’. Alors que dire de celui qui agit de la sorte envers un Salafi alors qu’ils se prétend Salafi! Ce comportement n’est connu que de ceux qui suivent la voie des Haddaadiyyah! Est-ce qu’il est normal d’accuser un musulman de ruse et de tromperie lorsqu’il commet une simple erreur dans une question de Fiqh? Certes c’est de l’exagération! Alors que dire de celui qui traite un musulman Salafi « d’imposteur infiltré dans nos rangs » pour rien d’autre que d’avoir défendu la vérité!

Le Sheikh Zayd Al-Madkhali explique la règle à suivre pour savoir quand devons nous prendre les paroles de quelqu’un dans le bon sens ou pas, dans la question suivante : (Question : Donner à la parole de quelqu’un un bon sens est devenu une excuse que plusieurs utilisent. Notre question est : Quelle est la règle à suivre quant au fait de prendre les paroles de quelqu’un dans le bon sens? Devons-nous faire une distinction entre l’individu qui est Sounni Salafi et les autres à ce sujet?

Réponse : Louange à Allah et paix et salut sur son serviteur et noble messager Mohammad, sa famille et ses compagnons. Ensuite : La parole que nous devons prendre dans le bon sens – et la personne à qui nous devons donner le bénéfice du doute – est celle qui vient des gens de science Islamique et qui suivent la voie du Qor’an et de la Sounnah selon la bonne compréhension et qui s’accrochent et mordent fermement dedans avec leurs molaires et qui les défendent avec ce qu’Allah leur a donné comme capacité dans la connaissance et comme sagesse dans la Da’wah. Ceux‐là, lorsqu’on trouve dans leurs paroles, ou dans une partie de leurs paroles, quelque chose qui peut à la fois impliquer quelque chose d’acceptable et quelque chose d’inacceptable, alors dans ce cas, il faut la prendre dans le bon sens et donner à cette personne le bénéfice du doute. Tout en faisant tout ce qui est en notre capacité pour clarifier l’affaire et pour que cette parole soit expliquée de façon détaillée, pour qu’il ne reste plus de confusion pour les gens. Car la vérité est une chose unique qui ne se divise pas et pour cette catégorie de personnes, que ce soit des groupes ou des individus, hommes ou femmes, la parole d’Allah s’applique : (Ô vous qui avez cru! Evitez de beaucoup de soupçons [sur autrui] car une partie des soupçons est péché.) Al‐Houjouraat : 12.

En ce qui concerne ceux qui sont atteints de la maladie de l’ignorance, des doutes (Shoubouhaats) et des désirs (Shahaawaats), lorsque l’un d’entre eux dit quelque chose qui fait du tort à l’Islam et aux musulmans, parmi les Bid’ahs qui égarent et les erreurs qui sont les résultats des passions qu’une personne suit ou parce qu’elle est éblouie par sa propre opinion ou parce qu’elle suit une méthodologie dans laquelle il y a plus de fautes que de positions valables et dont le mal est plus grand que le bien et dont l’égarement est plus apparent que la guidance. Dans le cas d’individus de ce genre, il ne faut pas leur donner le bénéfice du doute, ni chercher à les excuser dans leurs erreurs, dans ce qu’ils ont écrit avec leur plume ou dans ce qu’ils ont diffusé et fait parvenir aux oreilles et aux cœurs des gens pour leur mettre une Fitnah dans leur religion et amener du mal aux musulmans et à leurs enfants. Parmi ceux‐là, il y en a beaucoup à notre époque qui opposent la vérité (Al‐Jamaa’ah) sur plusieurs questions reliées à la ‘Aqidah et à l’adoration, à la science et dans la méthodologie de la Da’wah, du Jihaad et de la réforme (Al‐Islaah). Comme les gens qui font partie des organisations qui veulent détruire l’Islam, les sectes qui sont dans l’erreur, les programmes et les idéologies déviantes et les tendances partisantes (Hizbiyyah) qui contredisent le Manhaj de Ahlous‐Sounnah wal‐Jamaa’ah, qui sont les Salafs Salihs ainsi que ceux qui les suivent (qu’Allah soit satisfait d’eux). A partir de cette présentation résumée, la distinction entre le Sounni Salafi et l’innovateur (Bi’di Khalafi) sera apparente pour le questionneur.) Tiré du livre...



Lire la suite sur le Pdf


Le danger du mensonge et l’obligation d’être juste
Par : Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti
Jeudi le 10 Avril 2019, Montréal, Québec, Canada.

Imprimer